mercredi 10 juillet 2013

ÉTATS-UNIS - Nouveau-Mexique - Hacienda de los Martinez à Taos


Hacienda de los Martinez à TAOS, Nouveau-Mexique
Il y a 200 ans en Amérique***


 Les parois extérieures en adobe de l'hacienda



Introduction

Au cours du XVIIème siècle,  le territoire du Nouveau-Mexique est le théâtre d’affrontements entre les colons européens et les Comanches. En 1796 une paix durable s’établit entre les indiens et les européens. Cette région, régie par l’Empire Espagnol, devient alors un espace d’entreprise individuelle. Le citoyen don Antonio Severino Martin (qui deviendra Martinez) arrive à Taos en 1803 et acquiert un terrain le long du Rio Pueblo. Sa femme restée à Abiquiu (Nouveau-Mexique), Maria del Carmel, le rejoint avec sa famille en 1804. Ils construisent les pièces 10 à 13 (voir plan).


 Fours de l'hacienda

A la mort de Severino en 1827, l’hacienda comprend 21 pièces et deux placitas (cours). Les parois du bâtiment sont construites en adobe sur une épaisseur de plus de 60 cm et sans fenêtre extérieure. Construction d’habitation, elle est censée servir de refuge en cas de raid indien.


 L'arrière de la propriété

La prospérité de la famille se fonde sur le commerce de différentes denrées avec Chihuahua au Mexique puis dans un deuxième temps avec les États-Unis grâce à la construction de la Santa Fé Trail (chemin de fer). L’activité de production comprend la fabrication de laine et de produits manufacturés comme des couvertures, chaussettes, vêtements. Les Martinez importent du Mexique des matières premières et des produits finis tels que du fer, du coton, de la soie, des médicaments, des livres, des retables, des céramiques,…

 Plan de l'hacienda

Severino participe également à la vie politique en devenant l’équivalent de maire de Taos (à la fois sous gestion espagnole et mexicaine). Son plus jeune fils, Pascual Bailon, qui reprend l’affaire au décès de son père augmente encore l’influence de l’hacienda sur le secteur.

Jusqu’au milieu des années 1930, la hacienda reste la possession des descendant des Martinez. Par manque d'entretien, les bâtiments se détériorent avant une première restauration entreprise en 1961 par Jerome Milord. L’hacienda et une partie des anciennes terres sont acquises en 1972 par les musées de la ville. Dix ans de restauration en matériaux d’origine et conforme aux plans des années 1820 sont nécessaires pour lui redonner sa place de monument de la période coloniale espagnole.


 La première cour

La plupart des sols sont en adobe et patinée par un mélange de boue, sang de bœuf et cendre de laine. Les toits sont supportés par des larges poutres recouvertes de planches de cèdre (rajas) ou des perches de tremble (latillas).



La cour antérieure (Front Placita)

Fondée vers 1804, l’hacienda se compose de deux petites cours (placitas). La première cour était réservée à la vie de la famille et des domestiques et constitue l’élément principal de l’aménagement du site. Le sol de la cour a été traité pour ressembler au sol en terre des différentes pièces. Cette première cour comprend un puits.

 La passage voûté qui fait communiquer les deux cours

Au cours des années 1820, les habitants passaient probablement la majeure partie de leur vie en extérieur (dans les cours en particulier). Les pièces étaient utilisées pendant les périodes météorologiques défavorables. Les cours étaient le théâtre des activités de la vie quotidienne : travail de la laine et du bois, espace de cuisine et de boulange, réparation des équipements et bien d’autres…




01 – La Sala

Cette pièce était l’espace principal de vie de la famille Martinez. A la fois pièce à vivre, salle-à-manger, salle de classe ou bien chambre à coucher. Il faut garder à l’idée que chaque meuble était un bien précieux dans cette zone à la frontière espagnole (mexicaine). Chaque meuble de bois devait être débitée, transportée et ajustée avec un minimum d’outils.

 L'autel


02 – La chambre

Cette petite pièce semble avoir été la chambre de Severino et Maria. Elle comporte un foyer de cheminée au milieu d’un des murs. La présence, ici, d’un autel n’est pas surprenante, cette pratique était courante dans les habitations de cette région. La pratique religieuse fervente permettait probablement de faire face à la vie difficile dans l’hacienda à cette époque.


 Icône de bois

03 – La chapelle

On remarquera les poutres ajustées manuellement et les encorbellements. Les Martinez avaient les ressources nécessaires pour posséder une chapelle particulière utilisée pour célébrer baptêmes et mariages de la communauté.

04 – El granero (La grange)

Elle comporte trois larges cavités utilisées pour le stockage des denrées. La production mais également le stockage de la production (blé, maïs et orge) étaient indispensable à la survie de la communauté, en particulier pendant les mois d’hiver.



Trade room

05 – La chambre de négoce (Trade room)

Les marchandises des Martinez étaient exposées et vendues ici, qu’elles viennent de Chihuahua au Mexique ou bien du reste des États-Unis (après 1821). L’hacienda était un centre d’échange et probablement l’un des premiers points de commerce ouvert à l’année dans la vallée de Taos.


 La cuisine

06 – La cocina (La cuisine)

Elle servait probablement à alimenter les membres de la famille, les domestiques et les commerçants de passage : jusqu’à 15 ou 30 personnes à la fois. « The Shepherd’s fireplace » (cheminée) est une construction basse qui pouvait être utilisée sur toute sa longueur pour cuisiner. La partie horizontale et supérieure du conduit de cheminée formait un endroit chaud agréable pour se reposer pendant les hivers rudes.

07 – La dispensa

Utilisée originellement comme un grand réfrigérateur, ses murs épais d’adobe maintiennent une température constante et fraîche. Comprenant une unique porte au départ, une double porte donnant accès sur la cour a été ajoutée ultérieurement.

08 – La Sala Grande

Le sol de bois a été assemblé manuellement pour être utilisé au cours des fêtes espagnoles (fandangos). Des réunions politiques eurent certainement lieu dans cette salle.

09, 10 & 11 – Trois pièces

Fermées au public, elles servent actuellement d’entrepôts.

12 – L’entrée des visiteurs

Petite pièce construite en 1804, elle était peut-être surmontée d’une tour d’observation. Le rez-de-chaussée servait de pièce de stockage.

13 – Le centre des visiteurs (Visitor’s Center)

Également bâtie en 1804, c’était probablement une pièce de vie ou de repos avant l’expansion de l’hacienda.


 La cour arrière

La cour arrière (Rear placita)

Elle est connectée à la première cour par un joli passage voûté, et était initialement utilisée par les domestiques. Les pièces qui l’encadrent assuraient différentes fonctions : habitations, ateliers, stockage,…

14 – Furnace and utility room (fourneau et pièce utilitaire)

Fermée au public. Sa fonction initiale est mal connue.

15 – Toilettes publiques

Tout le monde aura compris la fonction moderne de cette pièce !
Pièces de tissage et métiers à tisser


16 – Weaving room (Chambre de tissage)

La survie économique de la région dépendait du tissage de la laine (filage de la laine churro). Les pièces de tissu constituaient un bien d’échange privilégié avec le nord du Mexique (Chihuaha). L’élevage de moutons et le filage de la laine employait une grande partie de la population locale.


 Christ dans la salle d’exposition

 Allégorie de la mort

17 – Santos Display room (Salle d’exposition des Saints)

Elle héberge les collections d’objets religieux du nord-Mexique. On imagine que la ferveur religieuse des populations hispaniques leur a permis de faire face aux difficultés de la vie en zone frontalière espagnole. La foi constituait une compensation spirituelle aux rigueurs de la vie terrestre.

 Les outils de la vie paysanne

18 – Blacksmith’s shop (Magasin du forgeron)

L’activité de forge était rare dans ce secteur et ne s’est probablement développée qu’après 1827.

19 & 20 – Servant’s Quarter (le quartier des domestiques)

Ce sont deux pièces d’habitation pour les employés de la famille Martinez. On a retrouvé peu d’éléments dans celles-ci en dehors de quelques pièces d’équipement pour les chevaux et les bœufs.

 Selle ouvragée en cuir

21 – Mountain Man room

Lieu commercial majeur de la région, l’hacienda comprenait un espace réservé aux montagnards et trappeurs.

 La place centrale de Taos
Au total…

L’occasion de visiter une authentique hacienda mexicaine aux États-Unis ! Petit havre d’histoire familiale et nationale à la sortie de Taos.


 Centre historique marchand de Taos, au centre-ville



Accès

-De Santa fé comptez un peu moins d’1h30 pour rejoindre Taos. 70 miles (112 km) par la 84/285N.

-D’Alamosa au Colorado : 1h40 pour parcourir les 90 miles par la 285S, sans oublier de faire une pause à Gorge Bridge (cliquez ici pour l’article correspondant).

-Attention ! L’hacienda n’est signalée qu’une fois que l’on s’y trouve. Visiblement peu de panneaux indicateurs pour indiquer la route à suivre, comme souvent aux USA… Un GPS est utile !

Voici l’adresse :

708 Hacienda Road
Taos, NM 87571, United States

Elle se trouve hors du centre de Taos à environ 3,5 km vers l’ouest.


Article réalisé à l'aide de la brochure en anglais fournie à l'hacienda. Traduction/adaptation et photos Julien G.


 Architecture typique du Nouveau-Mexique, ici à Taos


7 commentaires:

  1. Capitaine Chaource11 juillet 2013 à 00:05

    Excellent article sur un coin des États-Unis que l'on connait peu. Bravo pour tous les renseignements qui y sont donnés et qui aideront les futures visiteurs à comprendre où ils se trouvent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit travail de rédaction pas si rapide que ça... Mais le site le mérite !

      Supprimer
  2. Ca ne paye pas de mine de l'exterieur mais l'interieur est très "riche " . Visite qui devait être très intéressante . Excellent reportage.
    Hélène

    RépondreSupprimer
  3. Un endroit très intéressant et bien riche de détails - j ai pris plaisir dans cette découverte ! Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  4. C'est spécial, très bel article.
    À bientôt Julien

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un mot si vous passez par ici !