dimanche 29 septembre 2013

PHOTOs en vrac - Réflexions courançoises

Les arbres se reflétant dans les canaux du parc du château de Courances, Essonne (91), Île-de-France

PHOTOs en vrac - Ecoute bovine...

 Vache l'oreille en coin dans la ferme du Parc de Saint-Cloud (92), Île-de-France

PHOTOs en vrac - Perspectives clodoaldiennes

Perspectives dans le parc de Saint-Cloud, Hauts-de-Seine (92), Île-de-France

PHOTOs en vrac - Escale prolongée...

Les pistes gelées de l'aéroport de Prague (République Tchèque), décembre 2010

PHOTOs en vrac - Kočka v Praze

Détail d'une façade à Prague dans le quartier de Hradčany, République Tchèque

PHOTOs en vrac - Panorama châtelain luxembourgeois

Panorama sur le château de Vianden, district de Diekirch, Grand Duché de Luxembourg

PHOTOs en vrac - Trio d'ânes

Trio d'ânes près de la région de la Petite Suisse, Grand Duché de Luxembourg

PHOTOs en vrac - Concert grand ducal

Concert nocturne de musique classique sur la place d'Armes, ville de Luxembourg, Grand Duché de Luxembourg

samedi 28 septembre 2013

PHOTOs en vrac - Panorama printanier à Saint-Ours

Le printemps dans les Alpes-de-Haute-Provence (04), près du lieu-dit "la Grange des Gascons", PACA

PHOTOs en vrac - Cayolle printanière

Le col de la Cayolle (2326 mètres) encore enneigé à la fin du printemps, Alpes-de-Haute-Provence (04) et Alpes-Maritimes (06), PACA

PHOTOs en vrac - Des Alpes pas toujours mexicaines...

Panorama sur les montagnes de la vallée de l'Ubaye dont le chapeau de Gendarme (au centre), Barcelonnette, Alpes-de-Haute-Provence (04), PACA

vendredi 27 septembre 2013

PHOTOs en vrac - Reflets nocturnes brugeois

Reflets nocturnes des façades sur les canaux de Bruges, Flandre Occidentale, Belgique

PHOTOs en vrac - Réflexion flamande

Les canaux de Bruges reflétant les façades et la végétation, Flandre Occidentale, Belgique

PHOTOs en vrac - Volatile princier

Goéland argenté sur les hauteur du Rocher, Principauté de Monaco

PHOTOs en vrac - Horizon monégasque

Horizon méditerranéen observé du jardin de Saint-Martin en haut du Rocher, Principauté de Monaco

PHOTOs en vrac - Hercule diurne

Les bateaux et leurs reflets dans le port Hercule, Principauté de Monaco

jeudi 26 septembre 2013

EGYPTE - Temple d'Horus à Edfou

Le temple d’HORUS à EDFOU
Sanctuaire du dieu-faucon *****
 
C’est un temple de l’époque ptolémaïque (période de domination macédonienne-grecque de l’Égypte,  faisant suite à la conquête du pays par Alexandre le Grand). Sa construction aurait débuté vers -237, sous Ptolémée III Évergète, et aurait été achevé près de 180 ans plus tard. Les grecs appelaient le sanctuaire Apollinopolis Magna par identification d’Horus au dieu solaire Apollon.

  
Le pylône de la façade du temple derrière des restes de déblaiement
 
 


Vues du Mammisi en avant du pylône

 
Le temple est voué au culte d’Horus en raison d’un culte déjà enraciné dans la ville au moment de la construction du temple. Horbehedety est le nom égyptien de cette représentation d’Horus (Behedet étant le nom d’Edfou en égyptien).
 
Le sanctuaire d’Edfou est le deuxième en taille de tout le pays, après celui de Karnak (qui le devance malgré tout de très loin !). Bâti en grès, son état d’excellente conservation est en partie dû à son caractère assez récent comparé aux autres constructions de l’Égypte antique.
 
Le temple, longtemps ensablé, a été dégagé par l’égyptologue français François Auguste Ferdinand Mariette vers 1860.
 
  
Vue générale du pylône de façade
  
Le massif gauche du pylône représentant le roi face à Horus à droite
  
Le massif droit représentant les mêmes personnages, dont Horus avec la double-couronne

 
Le Mammisi
 
Est un sanctuaire secondaire situé en avant du pylône du temple principal. Dédié aux récits des naissances divines, ils sont souvent, par analogie, des allégories de la renaissance du pouvoir royal du pharaon.
 
Le pylône
 
Formant la façade du temple et haut de 36 mètres, il est orné de reliefs montrant le roi et des dieux, en particulier Horus et son épouse Hathor. Les deux massifs du pylône, faisant face au sud, couvrent une largeur de près de 80 mètres ! Des ornements figurent aussi sur le revers extérieur des pylônes et sur la face intérieure donnant dans la cour. L’entrée du temple est gardée par deux statues de faucons.
 
  
Le linteau de la porte d'accès au temple : On note les deux cobras, symboles du nord, encadrant le disque solaire portant les ailes de vautour, symbole du sud
  
Le dieu-faucon gardant la porte du temple
 
 
La cour péristyle
 
Ornée de colonnes sur trois côtés. Une statue d’Horus coiffée des couronnes de Haute et de Basse-Égypte en granite garde l’entrée de la salle hypostyle.
 
Les salles hypostyles
 
La grande salle hypostyle en précède une seconde. Le plafond, toujours présent de nos jours, s’abaisse à mesure que l’on approche du cœur du sanctuaire, entretenant une ambiance mystérieuse. La seconde salle comprend des chambres annexes dédiées aux offrandes.
 
  
Horus gardant l'accès de la Grande salle hypostyle
  
  Chapiteaux des colonnes de la Grande salle hypostyle
  
Les colonnes ornées de la salle hypostyle

 
Le saint-des-saints
 
On pénètre dans sa salle centrale en traversant une salle d’offrandes. Un naos en granite gris hébergeait la statue du dieu Horus. Il porte le nom de Nectanébo II, pharaon de la XXXème dynastie. Une copie de barque sacrée en bois a été installée juste en avant du naos et rend bien l’impression sacrée que le lieu devait avoir il y a plus de 2000 ans.
 
 



Forêt de hiéroglyphes, de scènes royales et divines dans les salles du temple

 
Le déambulatoire
 
Autour du saint-des-saints, un déambulatoire en "U" offre des fresques exceptionnelles de par la qualité de leur réalisation, leur état de conservation et leur intérêt historique. On peut y voir des scènes de luttes et de victoires du dieu solaire Horus sur le dieu maléfique Seth. On y accède par la seconde salle hypostyle ou bien par la cour péristyle.
 
  
Le Saint-des-saints contenant la barque sacrée et son naos en granite
 


Les très riches scènes du déambulatoire, malheureusement martelées par les coptes

 
En bref…
 
Bien qu’assez tardif, le temple d’Edfou est l’un des temples majeurs d’Égypte. C’est aussi le mieux conservé. Un incontournable du pays !
 
  
Hiéroglyphes du déambulatoire
  
Scarabée sacré Khepri
  
Nilomètre dont l'accès est situé dans la galerie droite du déambulatoire

 
Situation
 
-Edfou se trouve au bord du Nil, sur sa rive gauche. La ville se situe à 120 km au sud de Louxor et 115 km au nord d’Assouan par la route.
 
-Le temple de Khnoum à Esna est situé sur la route de Louxor à Edfou.
 
-Le temple de Sobek à Kôm Ombo se situe sur le chemin d’Edfou à Assouan.
 
  
Carte satellite de Haute-Égypte avec la situation des temples
  
Le Mammisi à l'extérieur du temple principal

PHOTOs en vrac - Perspective sphérique chez François Ier

Buissons taillés en boules dans le parc du château d'Amboise, Indre-et-Loire (37), Centre

PHOTOs en vrac - Reflets tourangeaux

La Loire et ses bancs de sable à deux pas du centre de Tours, Indre-et-Loire (37), Centre

PHOTOs en vrac - Château de la Loire monumental

Arrière du château de Chambord se reflétant dans les plans d'eau, Loir-et-Cher (41), Région Centre

mercredi 25 septembre 2013

PHOTOs en vrac - Minorités chinoises

Reconstitution de paysage du sud de la Chine au parc des 56 minorités de Beijing (Pékin), Chine

PHOTOs en vrac - Beignets et compagnie

  Échoppe de rue vendant beignets et autres xiaochi, quartier de Zhabei (闸北), Shanghai, Chine

PHOTOs en vrac - Cinq pagodes près d'un zoo

Le temple des Cinq Pagodes près du zoo de Beijing (Pékin), Chine

PHOTOs en vrac - Fenêtre chez Gong

Fenêtres variées au Palais du Prince Gong, Beijing (Pékin), Chine

PHOTOs en vrac - Bovin céleste

Bœuf de métal au bord du lac Kunming au Palais d’Été de Pékin, Chine

mardi 24 septembre 2013

CANADA - Québec - Village fantôme de Val-Jalbert

Le Village fantôme de VAL-JALBERT
Nature et découvertes ****
 
Val-Jalbert est un ancien village du début du XXème siècle construit par les propriétaires d'une compagnie de pulpe à bois pour ses ouvriers.

Projet de Damase Jalbert, la pulperie est achevée et opérationnelle dès 1902. Rachetée par les américains suite au décès du propriétaire elle est ensuite acquise par la Compagnie de pulpe de Chicoutimi en 1909. De 1910 à 1922 l’usine est modernisée et une municipalité est installée sur le site.
  
L'ancien couvent-école
 
La salle de classe

 
Un couvent-école y est installé. De 1924 à 1927 le site est progressivement abandonné suite à la faillite de la compagnie avant que les expropriations ne s’achèvent dans les années 1940.

La rivière Ouiatchouan à l'entrée du village
  
La belle cascade
  
La rivière se jette dans le lac Saint-Jean

 
Depuis les années 1970 le village est progressivement restauré afin de le transformer en un lieu de témoignage historique du XXème siècle.


L'une des anciennes habitations

Le site propose des animations théâtrales entre autres choses. Vous pourrez accéder à différents belvédères, dont un localisé au bout d’une passerelle en bois qui conduit à travers un joli sous-bois en surplomb de la rivière Ouiatchouan et sa chute Maligne.

 

Le sentier vers la chute Maligne


Cette rivière forme ensuite une autre chute de 72 m de haut, à proximité du village et constitue ainsi une source hydraulique importante.

 


Le lac Saint-Jean à perte de vue
 
En redescendant un peu on a une vue plongeante sur la cascade et un panorama magnifique sur le lac Saint-Jean qui ressemble à une mer intérieure.

  
Le trolley qui sillonne le village
 
 


Reconstitution des intérieurs
 
Une visite commentée en trolleybus est prévue pour les moins courageux. La visite à pied permet de prendre son temps, s’arrêter auprès des maisons et d’entrer dans certaines d'entre elles qui hébergent de mini-expositions d’objets et d’articles de presse d’époque. Certaines ne sont pas restaurées afin d'illustrer les méfaits causés par la neige sur les toitures (s’écroulant vers l’intérieur).

 

Les belles allées de maisons restaurées
  
La charpente en bois des maisons

 
On peut également visiter le moulin à côté duquel est installé le téléphérique qui permet d’accéder au sommet de la chute. Un restaurant se trouve dans une des granges du moulin ainsi qu’une boutique dans l’ancien magasin général.

  
Maisons non-restaurées effondrées par la neige

 
En bref…
 
Même si les locaux vous prodiguent des commentaires un peu blasés sur le site, il constitue pourtant un incontournable de la région. La promenade en nature est de toute beauté et la restauration des maisons tout à fait réussie. Si vous le pouvez, évitez, bien sûr, la haute saison touristique et les week-end !

  
On découvre dans les maisons du mobilier d'époque, vieille machine à coudre
  
 Les habitations vues de l'intérieur d'une autre maison
  
Épouvantail

 
Informations pratiques

Carte satellite de la région de Val-Jalbert
 
 
-Val-Jalbert se trouve près des rives du lac Saint-Jean. On y accède en venant de Chicoutimi par la 170 ouest puis la 169 ouest (rive sud du lac) en passant par Desbiens puis Chambord (1h15).

-De Québec (ville) prendre la 175 nord avant de bifurquer vers la 169 nord puis ouest (3h30 de route quand même !).
 
  
Enfilade de maisons restaurées