mercredi 29 janvier 2014

CHINE - Pékin - La Cité Interdite 故宫

La CITE INTERDITE
Histoire d'un empire *****
 

Ticket d'entrée du Palais Impérial

 
La Cité interdite, couramment appelée 故宫 gùgōng en chinois (l’Ancien Palais), correspond au palais impérial situé au cœur de Pékin.  Il s'étend sur 72 ha. Sa durée de construction, relativement courte, s’étale sur la période 1406-1420. Elle aurait mobilisé plus d’une centaine de milliers d’ouvriers. Ouverte au public en 1924, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité en 1987 par l'UNESCO.
 
Elle est parfois aussi nommée la « Cité pourpre interdite » 紫禁城 Zǐjìn Chéng, en raison de la couleur de ses murs), autour de laquelle toute la voûte céleste tourne comme le monde tourne autour du Palais Impérial. Elle était interdite au peuple, d’où son qualificatif. Entre 1420, règne de l’empereur Yongle, et 1911, fin du règne de Puyi, quatorze empereurs Ming et dix empereurs Qing l’occupèrent.

 
Carte satellite du quartier de la Cité Interdite

 
La cité s’étend sur une longueur d’un peu moins de 1000 mètres, du nord au sud, sur 750 mètres de largeur, d’Est en Ouest ; soit environ 72 ha, dont près de 50 ha de jardins. Les murailles externes de la cité sont séparées de la ville par des douves de plus de 50 mètres de large enjambées par des ponts permettant l’accès aux portes principales. Elle est bâtie dans la partie mongole de la ville, nommée ainsi en raison du développement de ce secteur de Pékin sous la dynastie mongole des Yuan.
 
Au début du règne de la dynastie des Ming, la capitale fut transitoirement installée à Nankin avant que le futur Yongle ne reprenne les rennes du pouvoir au cours d’un « coup d’état » au sein de sa propre famille. La capitale fut à nouveau transférée à Pékin.

  
En arrivant à la Cité Interdite par la place Tian'An Men

 
Les Qing, succédant au Ming, décidèrent de conserver le palais pour en faire leur résidence, bien que dans la tradition chinoise, un changement de dynastie doive s’accompagner d’un changement de palais. Les Guerres de l’Opium, la Révolution des Boxers et finalement l’avènement de la République de Chine porteront le coup de grâce au pouvoir Qing qui siégeait dans la cité en 1911

Le dernier empereur, Puyi, abdique en 1912. Il résidera dans le palais jusqu’en 1924 avant de s’exiler dans les concessions étrangères de Tianjin. Son histoire est relatée dans le magnifique film « Le Dernier Empereur » de Bernardo Bertolucci.

La cité compterait 9 999 pièces : en fait, un peu moins de 9000. Le chiffre 9 (九) étant associé à l’empereur, et le nombre 10 000 (qui ne s’écrit qu’avec le seul chiffre chinois ) représente l’infini et appartient aux divinités, et même l’empereur doit légèrement s’incliner face aux dieux.
 
Avant de décrire l’intérieur de la cité, il est important de situer les éléments qui l’encadrent :
 
- Au sud : La Place Tian’An Men 天安门, du nom de la porte qui la limite au nord, et qui permet d’accéder au palais par sa porte sud, Wumen 午门.

 
La Porte Wu Men

 
- À l'Ouest : Le Parc Zhongnanhai 中南海, portant le nom de ses deux lacs. On y trouve, de nos jours, le siège du Parti communiste chinois. Au nord de celui-ci, donc au nord-ouest du palais, se trouve le Parc Beihai (décrit dans un autre article du blog).
 
- Immédiatement au Nord : Le Parc Jingshan 景山, appelé en français Parc de la Colline de Charbon, a été créé pour protéger le palais des influences néfastes que la géomancie chinoise associe au Nord.
 
On sépare le palais en deux parties :
 
La première, la Cour Extérieure (au sud), était utilisée pour les cérémonies officielles que présidait l’empereur. On y accède en traversant successivement les portes Tian’an Men 天安门, Duan Men 端门 et finalement Wu Men 午门 (Porte du midi).
 
La première cour, démesurée, est traversée d'Ouest en Est par un canal en forme d’arc, alimenté par les douves. Source d’eau pour la cité en cas d’incendie, les bâtiments étant essentiellement faits de bois. Cinq ponts de marbre enjambent le canal.

 Ponts sur la rivière d'or

La monumentale cour et ses cinq ponts sur la rivière d'Or

 
Cette première cour est fermée au nord par la Porte de l’Harmonie Suprême 太和门 Taihe Men, l’une des plus impressionnantes. On y accède en longeant une immense dalle de marbre sculptée de dragons. Elle est encadrée par deux lions, motif extrêmement courant dans les monuments chinois.

 
Gardien lion au bas des escaliers

 
A l’Ouest on accède à la Salle des Prouesses militaires 武英殿 Wuying Dian. A l’Est à la Salle de la Gloire littéraire 文华殿 Wenhua Dian dans laquelle on peut visiter une exposition d’objets historiques chinois des dynasties Ming et Qing, mais également de dynasties plus anciennes.

 
La Salle de la Gloire Littéraire
 

Quelques objets vus dans les salles d'exposition

 
Au-delà de la porte au nord, on accède à une deuxième cour encore plus vaste que la première, au nord de laquelle on découvre le Palais de l’Harmonie Suprême 太和殿 Taihe Dian, le plus vaste.

  
La très vaste cour

 
On y arrive par des escaliers de marbre. Sur le balcon supérieur on découvre la tortue à tête de dragon, symbole de longévité, et la grue, la longévité féminine.
 


La tortue et la grue
 
 
Mais aussi d’impressionnants réservoirs d’eau en bronze utilisés en cas d’incendie. Au centre du palais, le trône impérial.

 
Les réservoirs d'eau

 
Au-delà de ce palais, au nord, on débouche dans une cour plus petite centrée sur le Palais de l’Harmonie du Milieu 中和殿 Zhonghe Dian, plus réduit.

  
L'une des salles du trône
 
 
Le long du mur Nord de la cour, le Palais de l’Harmonie Préservée 保和殿 Baohe Dian, utilisé comme salle de réception des officiels et lauréats aux examens impériaux. 

A l’arrière du palais, la plus grande dalle monolithique de la cité. En marbre également et sculptée de 9 dragons (chiffre de l’empereur), elle pèserait 250 tonnes pour une longueur de 17 mètres ! Son acheminement en hiver sur une piste de glace en provenance de carrières éloignées est quasiment devenu une légende.

 
La célèbre dalle de 250 tonnes

 
Tout cet ensemble de cours et de palais est rassemblé sous le terme de « Cour Extérieure ». Vous noterez l’absence d’arbre dans ce secteur, l’empereur craignant sans cesse pour sa sécurité dans ce lieu ouvert à des personnes pourtant triées sur le volet.
 
Petit conseil personnel : En période estivale, il fait très chaud et le soleil tape fort dans cette première partie qui offre peu d’abris ombragés, les boutiques de boissons sont également rares. Soyez prévoyants ! Les espaces immenses peuvent tourner la tête et décevoir un peu certains par les enchaînements d'esplanades de marbre blanc, les murs pourpres et les tuiles vernissées jaunes. Ce sentiment est certainement compensé par la suite de la visite beaucoup plus intimiste des appartements privés !
 
A noter : en allant vers le Musée de la Cité, à l’est, il y a un bar avec terrasse et parasols ! Les tarifs sont touristiques mais malgré tout abordables. Une pause s’impose avant de continuer pour éviter l’insolation.

  
Instruments de musique exposés dans les salles du palais

 
Après votre pause vous pouvez poursuivre par la visite du  Musée dans les Quartiers Extérieurs de l’Est, en vous acquittant d’un ticket de 10 yuans ou bien passer la Porte de la Pureté Céleste pour accéder à la Cour Intérieur et aux Palais de l’Est et de l’Ouest (que vous pourrez de toute façon visiter après le musée).

  
Dragon ornant les toits

 
Le musée présente des collections de pièces exceptionnelles par leur valeur, et pour certaines leur taille : Sculptures et bijoux en métaux et pierres précieuses, meubles, matériel militaire et religieux… Et surtout un cadre magnifique de petits jardins et pavillons, intimes et arborés !

Ne pas louper, à l’entrée du site, le Mur des Neufs Dragons en argile vernissé, jumeau de celui du Parc Beihai (voir cet article).

  
Le Mur des Neuf Dragons

Détail du Mur des Neuf Dragons

 
La Cour Intérieure s'organise autour d'une suite de cours et de palais plus modestes que ceux de la Cour Extérieure. Elle constituait le cœur des appartements privés de la famille impériale. On y accède par la Porte de la Pureté Céleste 乾清门 Qianqing Men, qui débouche sur une « petite » cour fermée au nord par le Palais de la Pureté Céleste 乾清宫 Qianqing Gong, anciens appartements des Qing.
 
Au nord, le Palais de l’Union, Jiaotai Dian, Ancien pavillon de l’impératrice puis des "Sceaux impériaux". Il est suivit du Palais de la Tranquillité Terrestre (féminine) 坤宁宫 Kunning Gong, ancienne chambre à coucher des impératrices Ming.

 
Pavillon dans la "Petite Cour"

 Lion une patte sur le monde, symbole impérial

 Boîte ornementée (musée)

Globe céleste (musée) 

 
Au-delà de la Porte 坤宁门 Kunning Men se trouvent les Jardins Privés Impériaux. Un élément particulièrement remarquable du jardin, construit sur une colline artificielle de pierres : le Kiosque du Spectacle Impérial 御景亭 Yujing Ting qui n’est pas accessible au public. Il permettait à l’empereur d’observer la capitale de l’intérieur du palais.

 
Animal légendaire
  
Le Kiosque du Spectacle Impérial

 
A l’est se trouvent les Six Palais de l’Est. Nombreuses salles d’expositions thématiques. De magnifiques pavillons et jardins immédiatement dans le prolongement du musée.

 

 
À l’Ouest, les Six Palais de l’Ouest, lieux impériaux également très intimes puisqu’ils abritaient les palais des concubines, ils sont moins fournis en jardins.
 
 

Dragon de métal dans les pavillons de l'Ouest
 
 
La Porte du Génie Militaire 神武门 Shenwu Men, représente la sortie nord de la Cité Interdite. Elle mène au Parc de la Colline de Charbon 景山公园 Jingshan Gongyuan

  
Détail d'un des toits

 
La visite du site est assez éprouvante, en particulier par temps chaud. Il faut compter au moins une demi-journée pour voir l’ensemble du palais, même sans le détailler ! Sauf dans le cas où vous êtes guidés par un tour-opérateur qui vous fait faire la visite en 1 heure chrono, ce qui serait dommage. Un guide papier, un peu de patience et d’endurance, ménagée par des pauses, vous permettrons d’apprécier la cité.
 
Attention, à l’entrée et surtout à la sortie Nord, des vendeurs particulièrement insistants peuvent vous accoster. Si vous ne voulez rien, sauvez-vous vite, sinon, divisez les prix par 2 ou par 3 !
 
  
Détail de figurines ornant les toits
  

La Cité Interdite vue la nuit du haut de la Colline de Charbon
  
L'angle nord-est de la Cité Interdite et sa tour, sur fond de Pékin en mutation






7 commentaires:

  1. Lieu d'une grande richesse, tes photos de nuit à la fin sont particulièrement impressionnantes. Et ton article très riche en information pour ceux qui veulent découvrir ce monument!

    RépondreSupprimer
  2. Waouh ! tes photos sont magnifiques ! Hâte de voir celles de Shanghai ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la colonne de droite il y a des photos de Shanghai dans "ASIE - Photos en vrac" et d'autres articles sur Pékin et Chengde dans "CHINE"

      Supprimer
  3. Magnifique!!C'est vraiment grandiose!Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passé par là ! A bientôt...

      Supprimer

N'hésitez pas à laisser un mot si vous passez par ici !