jeudi 12 avril 2018

FRANCE - Bourgogne - La collégiale Notre-Dame de Montréal

La collégiale NOTRE-DAME de MONTRÉAL
Collégiale bourguignonne ***
(Mise à jour avril 2018)




La collégiale façades Nord et Ouest


Le chevet droit donnant dans le cimetière

 


Le cimetière (2 clichés ci-dessus)

Le cimetière et la campagne environnante



Montréal  est une commune de l'Yonne (89) en Bourgogne à ne pas confondre avec la capitale économique du Québec ! Son église est une collégiale du XIIème siècle abritant un ensemble de stalles remarquables du XVIème. Son histoire est liée à celle des seigneurs locaux, les Anséric, qui fortifièrent le village à partir du XIème siècle.



La façade occidentale


Le portail


C'est en 1068 que l'église seigneuriale devient collégiale Sainte-Marie. Un nouvel édifice, la collégiale Notre-Dame, est bâti à partir de 1150. Les Anséric cèdent la place aux ducs de Bourgogne au XIIIème siècle avant que la commune ne soit rattachée au royaume de France en 1477. Mais ce n'est qu'au XVIIème que la collégiale devient église paroissiale à la place de l'église de Cherisy, alors supplantée par Montréal.




La nef


Le maître-autel

 


Les fonts baptismaux (2 photos ci-dessus)


Le chœur et l'abside



Collatéraux (2 vues ci-dessus)


Calvaire en pierre


Revers de la façade occidentale


A la Révolution, la collégiale et ses dépendances, sont confisqués aux chanoines pour devenir biens nationaux. Le culte catholique se maintien localement malgré la transformation de l'appellation du site en Mont-Serein et la pression des autorités révolutionnaires. Le plein usage religieux est rétabli sous l'Empire. En 1840, Viollet-le-Duc, alors en charge de la restauration de la basilique de Vézelay, s'intéresse à la collégiale de Montréal et parvient à la faire classer comme monument historique en 1846 et à obtenir des fonds pour sa restauration. Les Amis de la collégiale, association créée en 1990, gère l'entretien et la restauration de l'édifice de nos jours.




Ancienne cloche de la collégiale, laissée au sol


La chair en bois sculpté


Tableau de la Vierge en majesté


Architecture extérieure

Bâtie en forme de croix latine en pierre de Courtanoux, dont chacun des pignons est surmonté d'une croix, l'aspect de la collégiale évoque la transition entre le roman tardif et le gothique. La rosace à huit rayons surmonte le large portail de plein cintre encadré de colonnettes fleuries. L'inscription révolutionnaire "le peuple français reconnaît l'Etre suprême et l'immortalité de l'âme" remplace le bas-relief du tympan. Un clocher temporaire a été supprimé, compte tenu des risques d'effondrement et les cloches occupent un espace au-dessus de la Porte d'en haut.




Stalle en Ronde-bosse "La présentation de Jésus au temple"


"Les personnages au lutrin"


"L'adoration des mages"


Intérieur

Les dimensions internes sont les suivantes : 35 mètres de long pour 17 mètres de large. Le style de transition roman-gothique est également visible dans l'édifice : les voûtes en ogive surmontent des bas-côtés plus anciens. Les deux croisillons du transept comportent des rosaces. Les chapiteaux de celui-ci sont ornés de motifs végétaux. 

L'abside prend une forme carrée à trois étages avec, de haut en bas : une galerie d'arcades fermée, un mur ajouré de trois fenêtres, et une rosace à l'étage supérieur. Une tribune de conception originale surplombe l'entrée. Le retable en albâtre est incomplet, une partie de l'ensemble ayant été dérobé au début des années 1970. La chaire en bois sculpté date du XVème.





Ronde-bosse "Les deux lions"


Panneau de bois sculpté "La vertu et le vice"


"Le péché originel"


Les stalles constituent certainement la partie la plus étonnante de la décoration de la collégiale. Elles auraient été réalisées entre 1530 et 1550 par les frères Rigolley grâce à des fonds offert par François Ier au décours de sa visite sur le site qui hébergea les États de Bourgogne (1521). Les panneaux sculptés de bois, qui décorent les stalles et les miséricordes, illustrent des scènes bibliques. Des groupes sculptés en ronde-bosse chapeautent les stalles.








Détails de miséricordes (4 clichés ci-dessus)


"L'atelier de Joseph"



"Les compères", représentant les frères Rigolley ? (2 photos ci-dessus)


 Le Baptême du christ


L'allégorie de la Force


En bref...

Collégiale remarquable dans un village magnifique de la région d'Avallon. Faîtes-y une étape lors de votre passage en Bourgogne !



Carte satellite du secteur de Montréal dans l'Yonne


Accès

- De Paris Porte de Bercy comptez 2h15 pour parcourir les 250 km par l'A4, l'A104, puis l'A5 et A6.

- De Dijon, capitale bourguignonne,  1h10 de trajet pour 105 km.

-D'Avallon seulement 12 km et une quinzaine de minutes de route.






Autres pièces de mobilier en bois : retable, pupitre (3 photos ci-dessus)


9 commentaires:

  1. Ces photos sont si précises. ... qu'on les croirait vivantes , en particulier tous les détails en bois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles paraissent en effet très vivantes malgré les siècles !

      Supprimer
  2. et moi qui ne suis tapé 8 heures de vol pour voir Montréal! Quelle nouille!

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement c'est une étape tentante !

    RépondreSupprimer
  4. Je souhaite vous contacter
    jeanclaude10@wanadoo.fr

    RépondreSupprimer
  5. Toujours très vivant , visite bien agréable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A voir à l'occasion d'une pause sur la route des vacances :)

      Supprimer

N'hésitez pas à laisser un mot si vous passez par ici !