jeudi 31 mars 2016

PHOTOs en vrac - Aparição

Lumière étrange dans la tribune de l’église du monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jerónimos) de Belém, Lisbonne, Portugal


samedi 26 mars 2016

PHOTOs en vrac - Collégiale fortifiée

L'ancienne collégiale Notre-Dame-et-Saint-Nicolas et les douves des remparts de Briançon dans les Hautes-Alpes (05), PACA


jeudi 24 mars 2016

FRANCE - Bretagne - Église Notre-Dame de Kernascléden

L'Église Notre-Dame de Kernascléden
La chapelle aux mille clochetons ****

La commune de Kernascléden se trouve dans la partie occidentale du Morbihan en Bretagne. La construction de l'église, qui fait la renommée de la commune, a été débutée dans la première moitié du XVème siècle, un peu à l'écart de l'agglomération du village, sur les terres des Rohan.


 La façade occidentale

 La façade Nord

 Le chevet

 La façade Sud et ses deux porches

Le porche des hommes


L'édification de la nef et du transept a probablement été entamée en premier (1420 ?) et achevée vers 1433 dans un style gothique flamboyant. La présence des armes du duc Jean V de Bretagne sur la clef de voûte donne une indication concernant la période d'édification de cette partie. Le chœur semble postérieur, probablement de la fin des années 1440 et début des années 1450 (armoiries de Jean II de Rohan et du duc François II). L'église fut consacrée le 2 septembre 1453.


Le porche des apôtres

 L'intérieur du porche


Les statues des 12 apôtres


Extérieur

La façade Sud comporte un porche dit "porche des Hommes" et un deuxième dit "porche des Dames" hébergeant les statues polychromes des 12 apôtres. Les gâbles et pinacles des porches ornés de crochets ont inspiré le nom de chapelle aux mille clochetons.


 La nef et le bas-côté Nord, à gauche

 Une des stations du chemin de croix

 Pieta

Rosace



Intérieur

Le plan général est en croix latine. La nef comporte 3 travées, 9 fenêtres à meneaux et une rosace côté occidental. Il n'existe de bas-côté qu'au Nord. Le transept possède une rosace au Sud et des scènes peintes sur ses parois et voûtes. Le chœur est de section carrée. Il est très richement illustré sur ses voûtes.


 Le bas-côté vu du transept

 Statue de Saint-Mathias

 Le transept vu du Nord au Sud

 Le chœur

Statue de saint Sébastien


Les fresques murales et des plafonds, datant du XVème, comportent deux sections remarquables : les fresques de la voûte du chœur et celles du transept. Les premières, reparties dans 24 compartiments de la voûte, illustrent des scènes de la vie du Christ et de Marie. Celles des tympans des arcades illustrent des scènes de la Passion du Christ.


 La fresque des Anges Musiciens dans le croisillon Nord

 Tympan du transept



Fresque des Anges Musiciens (3 photos au-dessus)


Les fresques du transept (Sud) montrent l'enfer sous la forme d'une danse macabre. Elle évoque la mortalité des humains, y compris des plus "grands". Le croisillon Nord comporte la fresque des Anges musiciens ou Paradis des Anges.




Fresques des voûtes du chœur (3 photos au-dessus)


En bref...

Certainement l'une de plus belles et plus intéressantes églises de Bretagne ! L'occasion de découvrir une des rares danses macabres de France (4 dont 2 en Bretagne) et des fresques de voûtes exceptionnelles.







Les fresques des voûtes du chœur (7 photos ci-dessus)



La danse macabre dans le transept Sud (3 photos ci-dessus)


Accès

- Kernascléden se situe à une trentaine de minutes et 38 km au Nord de Lorient par la D769.

-De Carhaix-Plouger comptez environ 35 minutes et 45 km également par la D769 (Sud cette fois).


 Autel de la Sainte Trinité

 Perspective sur le chœur et ses voûtes peintes

 Statue de Jeanne d'Arc

Vitrail  contemporain dans la nef


samedi 19 mars 2016

ITALIE - Rome - Le Panthéon

 Le PANTHÉON de ROME
Les dieux de la capitale ****

Histoire - bref aperçu

Le Panthéon (du grec Πάνθεον Pantheon "tous les dieux") est un bâtiment de la Rome antique situé dans le quartier Pigna dans la vieille ville. Fondé en 27 avant J.-C. par Agrippa, fils d'Auguste, sa réalisation est due à Cocceius Auctus. Il fut reconstruit entre 120 et 124 après J.-C., à la suite des incendies de 80 et 110. En 202, le bâtiment a été réparé conjointement par les empereurs Septime Sévère et son fils Caracalla.


 La Piazza della Rotonda : le Panthéon et la belle fontaine

Vu de l'angle Nord-est


En 609, l'empereur byzantin Phocas offre le bâtiment au pape Boniface IV, qui le convertit en église chrétienne consacrée à Sainte Marie des Martyres, ce qui sauva probablement l'édifice de l'abandon ou de la destruction. Depuis la Renaissance, le Panthéon est utilisé comme sépulture d'hommes célèbres :  les peintres Raphaël et Annibale Carracci, le compositeur Arcangelo Corelli, et l'architecte Baldassare Peruzzi, ainsi que deux rois d'Italie sont enterrés dans le Panthéon : Vittorio Emanuele II et Umberto I, mais aussi la Reine Margherita.


 La façade du Panthéon la nuit

L'arrière du bâtiment la nuit, on voit bien ici la forme de la rotonde


Le pape Urbain VIII (1623 à 1644) ordonna la fonte du plafond de bronze du portique du Panthéon. Le métal fut alors utilisé pour réaliser des bombardes de fortification du Castel Sant'Angelo, et le restant pour divers autres travaux. Le Panthéon fait office d'église catholique depuis le VIIème siècle. Des messes y sont célébrées les dimanches et les jours saints.


 La fontaine de la piazza della Rotonda



Détails des statues de la fontaine (3 photos au-dessus)


Structure

Le bâtiment se compose d'une structure circulaire combinée avec un portique en colonnes corinthiennes (huit en avant et deux groupes de quatre dans les deuxième et troisième rangées) supportant un fronton. La grande cellule circulaire, appelé rotonde, est entourée par des murs épais de maçonnerie, et huit grands piliers sur lesquels se répartit le poids du dôme hémisphérique. Au sommet une ouverture circulaire, appelée oculus, permet l'éclairage intérieur. La hauteur du bâtiment est égal au diamètre de la rotonde, une caractéristique qui reflète les critères classiques de l'harmonie architecturale. Près de deux millénaires après sa construction, le dôme du Panthéon demeure le plus grand du monde en béton non armé.



 Le dôme à caisson et l'oculus par lequel passe la lumière du jour (2 photos au-dessus)

 L'intérieur de la rotonde

Le dôme la nuit


Le fronton a été décoré initialement de sculptures en relief, probablement en bronze doré. Dans les murs à l'arrière du portique du Panthéon, des niches ont été aménagées. Elles étaient peut-être destinées à accueillir des statues de Jules César, Auguste et Agrippa, ou bien de la Triade Capitoline. Les portes actuelles - conçues trop petites pour les cadres de portes - datent du XVème siècle.

Les 4 535 tonnes de la coupole de béton se reportent sur un anneau de voussoirs de 9,1 mètres de diamètre qui forment l'oculus, tandis que la poussée vers le bas de la coupole est portée par huit voûtes en berceau incluses dans les 6,4 mètres de paroi aboutissant à huit piliers. L'épaisseur du dôme varie de 6,4 mètres à la base de la coupole à 1,2 mètres autour de l'oculus. Les matériaux utilisés pour le béton du dôme varient également. A son point le plus épais, l'agrégat est fait de travertin, puis de tuiles en terre cuite, puis de pierres poreuses au sommet. L'oculus allège la charge. Des chambres cachées au sein de la rotonde forment une structure sophistiquée réduisant le poids du toit. La hauteur de l'oculus et le diamètre du cercle intérieur sont les mêmes, 43,3 mètres, de sorte que tout l'intérieur s'inscrit dans un cube. Le dôme couvre 150 pieds romains, l'oculus fait 30 pieds romains de diamètre et la porte 40 pieds romains de haut.


 Autel dédié à saint Joseph et Jésus

 Autel de Sainte Agnès

 Tombeau d'Umberto Ier, roi d'Italie


L'intérieur de la coupole symbolise certainement la voûte en arc du ciel. L'oculus au sommet et la porte d'entrée sont les seules sources naturelles de lumière à l'intérieur. Tout au long de la journée, la lumière de l'oculus se déplace autour de cet espace. L'oculus sert également de refroidissement et de ventilation. Pendant les tempêtes, un système de drainage sous le plancher gère la pluie qui tombe à travers l'oculus. Les panneaux ont une structure caractéristique en dômes enfoncés (coffrage), disposés en cinq anneaux de 28 éléments. Cercles et carrés forment le thème fédérateur de la décoration intérieure. Le motif du sol, en damier, contraste avec les cercles concentriques de coffres carrés du dôme. Chaque zone de l'intérieur, du sol au plafond, est subdivisée selon un schéma différent. Par conséquent, les zones de décoration intérieure ne sont pas alignées.


 Le tombeau de Raphaël surmonté de la Madonna del Sasso

Détail du tombeau de Raphaël

 Crucifix

 Le demi-dôme de l'abside

Le maître-autel et l'abside


Les autels et absides ont été commandés par le pape Clément XI (1700-1721) et conçus par Alessandro Specchi. Enchâssés sur l'abside, au-dessus du maître-autel, se trouve une icône byzantine du VIIème siècle de la Vierge et l'Enfant, donnée par Phocas au pape Boniface IV à l'occasion de la dédicace du Panthéon. Le chœur a été ajouté en 1840, et conçu par Luigi Poletti. La première niche à droite de l'entrée contient la Vierge du Ceinturon et Saint Nicolas de Bari (1686) peint par un artiste inconnu. La première chapelle à droite, comporte une fresque de l'Annonciation attribuée à Melozzo da Forli. Sur le côté gauche, une toile de Clément Maioli représentant Saint Laurent et Sainte Agnès (1645-1650). Sur le mur de droite, l'Incrédulité de saint Thomas (1633) par Pietro Paolo Bonzi. La deuxième niche présente une fresque du XVème siècle de l'école toscane, représentant le Couronnement de la Vierge. Dans la seconde chapelle, la tombe du roi Victor Emmanuel II (mort en 1878). Le tombeau se compose d'une grande plaque de bronze surmontée d'un aigle romain. La lampe d'or au-dessus de la tombe brûle en l'honneur de Victor Emmanuel III, mort en exil en 1947.

La troisième niche contient une sculpture de Il Lorenzone de Sainte-Anne et de la Vierge. Dans la troisième chapelle un tableau du XVème siècle de l'école ombrienne, La Vierge de la Miséricorde entre saint François et saint Jean-Baptiste, également connue comme la Madone de la Garde. Sur le mur de droite, le portrait de l'empereur Phocas présentant le Panthéon au pape Boniface IV. On note également la présence de trois plaques commémoratives à l'étage. La dernière niche sur le côté droit présente une statue de saint Anastasio (1725) par Bernardino Cametti.


 Colonne intérieure et dôme

 Tombeau de Vittorio Emanuele II

Autel de l'annonciation


Sur la première niche à gauche de l'entrée se trouve l'Assomption (1638) d'Andrea Camassei. La première chapelle à gauche, est celle de saint Joseph en Terre Sainte, et la chapelle de la Confrérie du Virtuosi au Panthéon. L'institution existe toujours, actuellement nommée l'Academia Ponteficia di Belle Arti (L'Académie pontificale des Beaux-Arts), basée dans le palais de la Chancellerie. L'autel de la chapelle est couverte de faux marbre, une statue de Saint Joseph et l'Enfant Jésus par Vincenzo de Rossi y trône.

Aux côtés des tableaux de Francesco Cozza, l'un des Virtuosi : L'Adoration des Bergers sur le côté gauche et L'Adoration des Mages sur la droite. A noter : le relief de stuc sur la gauche, Le rêve de Saint Joseph, de Paolo Benaglia, et celui sur la droite, Le Repos pendant la fuite d'Egypte, de Carlo Monaldi. Sur la voûte, plusieurs toiles du XVIIème siècle, de gauche à droite : Sibylle de Cumes par Ludovico Gimignani; Moïse par Francesco Rosa; Le Père éternel par Giovanni Peruzzini; David par Luigi Garzi; et La Sibylle Érythréenne de Giovanni Andrea Carlone.
La deuxième niche héberge une statue de sainte Agnès, par Vincenzo Felici. Le buste sur la gauche est un portrait de Baldassare Peruzzi. La tombe du roi Umberto I et sa femme Margherita di Savoia est dans la chapelle suivante. Elle a été dédiée à Saint Michel Archange, puis à l'apôtre saint Thomas. Sa conception actuelle est de Giuseppe Sacconi, achevée après sa mort par son élève Guido Cirilli. Le tombeau se compose d'une dalle d'albâtre montée en bronze doré. La frise comporte des représentations allégoriques de la Générosité, par Eugenio Maccagnani et la Munificence, par Arnaldo Zocchi. L'autel avec les armes royales est de Cirilli.

Le troisième créneau contient la dépouille mortelle "Os et cendres", du grand artiste Raphaël. Sa fiancée, Maria Bibbiena est enterrée à la droite de son sarcophage; elle est morte avant qu'ils ne puissent se marier. Le sarcophage a été donné par le pape Grégoire XVI. Le buste de Raphaël (1833) est de Giuseppe Fabris. Les deux plaques commémorent Maria Bibbiena et Annibale Carracci. Derrière la tombe se trouve la statue connue sous le nom de Madonna del Sasso (Madonna du Rocher) ainsi nommée parce qu'elle pose un pied sur un rocher. Il a été commandé par Raphaël et réalisé par Lorenzetto en 1524. Dans la chapelle de la Crucifixion, le mur de brique romaine est visible dans les niches. Le crucifix de bois sur l'autel date du XVème siècle. Sur le mur de gauche : La Descente du Saint-Esprit (1790) de Pietro Labruzi. Sur le côté droit se trouve un bas-relief du cardinal Consalvi présentant au pape Pie VII les cinq provinces restaurées au Saint-Siège (1824) par le sculpteur danois Bertel Thorvaldsen. Le buste est un portrait du cardinal Agostino Rivarola. La dernière niche sur ce côté comporte une statue de saint Rasius (1727) de Francesco Moderati.

En bref...

Un concentré d'histoire et d'art de la capitale éternelle, mais également une prouesse architecturale inégalée encore après deux millénaires... Un incontournable de Rome !
 Le Panthéon est classé au patrimoine mondial par l'UNESCO comme partie du centre historique de Rome.



Carte satellite du centre ancien de Rome (Source Google)


Accès

Situé dans le cœur historique de Rome, il n'y a pas de station de métro à proximité. Il se situe entre la Piazza Navona et la piazza Venezia, à quelque minutes d'elles deux.


Le dôme et l'oculus donnant sur la nuit romaine

La fontaine de la Piazza della Rotonda et le panthéon