samedi 17 septembre 2016

FRANCE - Centre-Val de Loire - Château de Cheverny

Le château de CHEVERNY
Moulinsart... en vrai ****

Ouvert au public depuis 1922, il s'agit d'un château privé (famille Hurault) situé dans le Val-de-Loire en pays blésois dans le Loire-et-Cher. Une forteresse édifiée vers 1500 occupait le site initialement. Un nouveau château est bâti entre 1624 et 1640 par le comte Henri Hurault sur les plans de l'architecte Jacques Bougier (ou Boyer). La pierre de Bourré, issue de la vallée du Cher, a été choisie pour la structure du château. La décoration, confiée par Elisabeth marquise de Monglas (fille du comte) à Jean Monier, est réalisée après le décès du bâtisseur. Le château fût la propriété de Diane de Poitiers au XVIème après son éviction de Chenonceau par Catherine de Médicis. Au XVIIIème il devient copropriété avant de revenir à la famille Hurault en 1825. Le Marquis de Vibraye et son épouse, descendant des anciens propriétaires, en sont les occupants actuellement.



 La façade Sud (2 clichés ci-dessus)

La façade Nord et le jardin des Apprentis


Extérieurs du château (hors parc et dépendances)

C'est par la façade Sud, ornée de bustes d'empereurs romains, qu'on accède au château. C'est elle qui a inspiré Monlinsart à Hergé. Cheverny comprend deux pavillons d'angles coiffés de dômes à base quadrangulaires, supprimés dans le plan du château des albums de Tintin. La façade Nord, avec ses alternances de pierre et d'enduit, conduit à l'orangerie. Un jardin dit des Apprentis s'intercale entre les bâtiments du château et de l'orangerie.


 Cheminée néo-Renaissance de la salle à manger et son buste d'Henri IV

 Plafond en bois peint

 Âtre de la cheminée et ses chenets

Plafond dans le corridor desservant la salle à manger


Rez-de-chaussée - La Salle à manger

Elle se situe à droite en entrant. L'histoire de Don Quichotte se décline sur les 34 panneaux de bois peint du XVIIème siècle. Le mobilier, aux armoiries de la famille Hurault, date du XIXème. La volumineuse cheminée néo-Renaissance est surmontée d'un buste d'Henri IV. Le lustre hollandais en bronze massif du XVIIIème éclaire la table centrale.


 L'escalier d'honneur

 Bois de cerf exposés sur le palier de l'escalier

La cage de l'escalier d'honneur

Palier de l'escalier

La cage d'escalier débouchant sur le vestibule et la façade Sud


Le vestibule

Se situe à gauche en entrant (à droite en redescendant de l'escalier).  On y découvre l'arbre généalogique de la maison de Hurault Vibraye ainsi qu'une tapisserie des Flandres du XVIIème siècle : "Le Retour des Pêcheurs".


Le grand salon

Portrait de la Comtesse de Cheverny au-dessus de la cheminée du grand salon

La harpe de la fin du XVIIIème siècle

Portraits dans la galerie

Vitrine de bibelots et de porcelaines


Le grand salon

Outre le mobilier qui comporte une harpe du XVIIIème siècle, une table Louis XVI (Stockel) et des fauteuils recouverts de tapisseries d'Aubusson, on peut y admirer les portraits de : Philippe Hurault (comte de Cheverny), son épouse Anne de Thou, le marquis de Montglas et son épouse Élisabeth, Marie-Johanne de la Carre Saumery (comtesse de Cheverny), Gaston d'Orléans et sa fille, la duchesse de Montpensier, Louis XIII et Anne d'Autriche. Un tableau attribué au Titien "Cosme de Médicis" et un autre attribué aux ateliers de Raphaël "Jeanne d'Aragon", sont présentés dans le salon.



Le bureau dans les appartements privés (2 clichés ci-dessus)

La bibliothèque

Le salon des tapisseries et son mobilier


La galerie

Trois portraits de la famille Hurault réalisés par François Clouet y sont exposés. Un portrait de la mère d'Henri IV, Jeanne d'Albret, par Miguel Oñate est visible à gauche. Quatre tableaux de Rigaud (portraitiste de Louis XIV) : Dont un autoportrait, et les portraits de Monsieur Darlus, Monsieur Delaporte et de l'abbé de Rancé. On y découvre également un portrait de Louis XVI et quelques pièces de mobilier.

Le salon des portraits

Y sont exposés des portraits d'ancêtres de la famille : Mme Thiroux d'Arconville et Mme Angran d'Alleray. Également un pastel attribué à Maurice Quentin de la Tour de la Marquise de Vibraye. Trois paysages de la seconde moitié du XVIIIème siècle d'Hubert Robert sont exposés au-dessus de la porte.

La bibliothèque

Elle présente plus de 2000 livres dans un cadre décoré de mobilier Premier Empire.

Salon des tapisseries

Pièce hébergeant cinq tapisseries des Flandres du XVIIème siècle, des fauteuils Régence, une commode Louis XIV (style Boulle) de Nicolas Sageot en marqueterie d'écailles de tortue et un régulateur (type ancien d'horloge de précision) d'époque Louis XV.

L'escalier d'honneur

Sculpté en pierre dans le style Louis XIII : montée droite et paliers, des motifs variés le décorent. On y découvre les bois d'un mégacéros (élan préhistorique) au-dessus d'une armure de la maison de Savoie du XVIème.


Lit à baldaquin dans la chambre des naissances

Coiffeuse dans le petit boudoir

La chambre d'enfant et ses chevaux de bois

La chambre des mariés

Le lit de la chambre des mariés


Les appartements privés

À l'étage à droite, on accède à la chambre des Naissances comme l'indique la présence d'un berceau en acajou. Un petit boudoir rouge précède une chambre d'enfant dans laquelle sont exposés des chevaux de bois (Napoléon III). Vient ensuite la chambre des Mariés. Elle comprend un cabinet de toilette, une baignoire en cuivre, une coiffeuse Louis XVI et la robe de mariée de la marquise de Vibraye. La salle à manger familiale expose des pièces telles que : des verres en cristal, des assiettes en porcelaine, des dessertes, des moules à gâteaux en cuivre, etc. Le Petit Salon , outre les deux canapés de style Empire, présente Anne-Victor Hurault de Vibraye en pied (aide de camp de Charles X).


La salle à manger

La table et sa vaisselle "un automne à Cheverny"

La cuisine attenante à la salle à manger

Le petit salon

Portrait en pied d'Anne Victor Denis Hurault de Vibraye


La Salle d'Armes

Toujours à l'étage, la plus grande pièce du château. Sa décoration d'origine, due à Jean Monier, est plutôt riche : Une tapisserie des Gobelins du XVIIème siècle "L'Enlèvement de la Belle Hélène par Pâris""La mort d'Adonis", tableau trônant sur la cheminée, des fauteuils style Régence de Boulard, une collection d'armes et d'armures de la fin du Moyen-âge et de la Renaissance, la malle d'Henri IV, des chaises à porteurs du XVIIIème, etc.


La salle d'armes : ses armes, ses armures et ses coffres de voyage

Chaise à porteur de la fin du XVIIIème et cheminée

Tapisserie des Gobelins du XVIIème siècle

"La mort d'Adonis" au-dessus de la cheminée


La chambre du roi

Les thèmes de la mythologie grecque sont toujours présents ici avec la légende de Persée et Andromède : panneaux au-dessus des portes et dans les médaillons des caissons du plafond. D'autre scènes inspirées de la Grèce antique sont représentées sur les lambris (les Éthiopiques). Le lit à baldaquin et à broderies persanes préside la pièce. Des tapisseries de la deuxième moitié du XVIIème siècle venant des ateliers de Paris agrémentent la pièce. Des meubles de styles Henri III, Louis XIII et Louis XIV complètent la décoration.


La cheminée de la chambre du Roi

Le lit à baldaquin décoré de broderies persanes de la chambre du Roi



Détails des plafonds (3 photos ci-dessus) sur le thème de Persée et Andromède entre autres...

Plafond à poutres peintes

L'autel de la chapelle

La voûte à croisée d'ogives à clé dans la chapelle


La chapelle

Achevée au XIXème siècle, elle est située en haut de l'escalier, elle comporte une voûte avec deux clés à pendentifs.

En bref...

Un des domaines remarquables du Val de Loire avec sa touche d'originalité : le lien avec le château de Moulinsart propriété du capitaine Haddock dans les Aventures de Tintin !


Carte satellite du secteur de Cheverny (source Google)


Accès & infos pratiques

- Du centre de Blois, comptez 15 minutes environ et une quinzaine de kilomètres de trajet.

- De Tours, en empruntant l'A10, environ 50 minutes de route et 80 km.

- D'Orléans, un peu moins d'une heure et 75 km par l'A10 puis passage par Blois.


Tarifs (2016)

Visite libre du château 10,50€ (réduit 7,50€)
Visite libre du château, jardins et secrets de Moulinsart 15€(réduit 11,40€)

Pour plus de détails, visitez le site du domaine en cliquant ici !


 Le musée Tintin dans les dépendances au Sud du château

L'orangerie au Nord du château


6 commentaires:

  1. Quelle chance de pouvoir retourner sur ce blog et de savourer l'excellent reportage sur le château de Cheverny !

    RépondreSupprimer
  2. Article très détaillé à la hauteur de ce château qui de l'extérieur, ne paye pas de mine (hormis le clin d'oeil à Tintin) mais de l'intérieur est peut-être un des plus beaux château de la Loire. Tes photos le montrent aussi très bien.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un mot si vous passez par ici !