vendredi 20 janvier 2017

FRANCE - Occitanie - La cathédrale Notre-Dame de Rodez

Cathédrale Notre-Dame de RODEZ
Épiscopat rouergat***

La cathédrale de Rodez dans l’Aveyron (12) est le siège du diocèse de Rodez et Vabres. Sa construction débute en 1277 et s’étale sur près de 300 ans d’après des plans de style gothique de Jean Deschamps sous la houlette de l’évêque Raymond de Calmont d’Olt. Elle occupe l’emplacement d’un ancien édifice roman qui s’effondra en 1276.


 La façade occidentale de la cathédrale et ses deux tours

 Les arcades du mur d'enceinte de l'évêché

 Le clocher de la cathédrale

 La cour de l'évêché et son célèbre escalier à deux volées

 Gargouille

Chevet de la cathédrale et clocher


L’édification de la nouvelle cathédrale débute par sa partie orientale (chapelles rayonnantes). La deuxième campagne de construction a lieu au XIVème siècle. Les travées orientales de la nef et le transept sont postérieurs (fin du XIVème et début du XVème siècle). Les travaux de la nef commencent vers 1450. Les chapelles des premières travées remontent à la première moitié du XVIème siècle. La cathédrale est vandalisée à la Révolution, puis rendue au culte en 1801. Différentes campagnes de restauration sont effectuées entre 1950 et 1994.


 La façade et le portail Sud

Entrée de la maison canoniale

 Cour de la maison canoniale avec son puits

 La façade Sud



 Le clocher au milieu des habitations de la ville ( 2 clichés ci-dessus)

 La tour Sud de l'enceinte de l'évêché

L'évêché et le clocher


Extérieur

Le matériau utilisé, le grès rose, et sa façade occidentale fortifiée la rendent facilement reconnaissable parmi les cathédrales du Sud de la Loire. Les deux tours de la façade occidentale, à fonction défensive, étaient intégrées dans les anciens remparts de la ville. Le clocher, bâti entre 1513 et 1526 et haut de 87 mètres, est dû à l’évêque François d’Estaing et à l’architecte Salvanh. Les cloches, hormis celle de l’horloge,  sont toutes postérieures à la Révolution. Le palais épiscopal, du XVIIème et à façade en brique, siège au Nord de la cathédrale.


 Les grandes orgues

Collatérales

 La chaire


Intérieur

Du mobilier et des tombeaux à épitaphes occupent les chapelles. Des fresques sont à nouveau visibles dans ces dernières, dont la chapelle axiale (abside). Le retable de la chapelle du Saint-Sépulcre, 3ème au Sud de la nef, comporte une « mise au tombeau » du XVIème (1523). La chapelle du Saint-Sacrement comprend une tribune et une voûte à caissons.

Les stalles du chœur, datant du XVème siècle, ont été réalisées par l’atelier Sulpice. Un jubé, aujourd’hui disparu, séparait le chœur de la nef. François d’Estaing fit installer un nouveau maître-autel en pierre et candélabres en laitons.


Le buffet du grand orgue date du XVIIème siècle (début des travaux en 1628). Les vitraux contemporains de Stéphane Belzère, réalisés entre 2002 et 2007, ornent les fenêtres des chapelles rayonnantes. Ils illustrent des représentations traditionnelles mêlées d’éléments de connaissances scientifiques actuelles.


 Le chœur

 Le revers de la façade et sa rose

 Autre vue du buffet d'orgue

 L'Annonciation : Copie offerte par Georges Vigouroux

 Vitrail contemporain

Fresque sur la Vie de saint Éloi


En bref…

Une cathédrale très atypique dans son architecture quand on la compare à ses cousines du Nord de la Loire. La couleur rosée du grès illuminée de la lumière aveyronnaise contraste avec l’aspect bien plus sombre de l’intérieur.


 La chapelle rayonnante axiale (abside)

 Le sanctuaire du chœur et le maître-autel

 Les stalles et la nef vues du chœur

 Vitraux classiques



Carte satellite du secteur de Rodez (source Google)



Accès

- De Toulouse, comptez 1h45 et 145 km de trajet par l’A68 en passant par Albi.
- De Montpellier environ 2h et 175 km par l’A75.

Rodez est une ville de moyenne importance, il est préférable de stationner un peu à l’écart de la cathédrale.




Vitraux contemporains, dont le dernier figurant des globules rouges !


6 commentaires:

  1. Je ne me souvenais plus de la modernité des vitraux :) Ca tranche avec ce lieu historique dont la couleur a fait couler beaucoup d'encre :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime la verticalité!!! Et là on est gaté

    RépondreSupprimer
  3. Je ne me doutais pas de la beauté de cette cathédrale , très photos mettent tout en valeurs , mais là , je suis émerveillée de ce que la "foi" a engendré comme beauté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dit Jacqueline, pas mal de verticalité.

      Supprimer

N'hésitez pas à laisser un mot si vous passez par ici !