vendredi 14 avril 2017

GUATEMALA - Antigua - Couvent de la Merced

 Couvent de la MERCED d’ANTIGUA GUATEMALA
L'antique miséricorde ***


Cliquez ici pour découvrir plus en détail l'histoire de la ville et le Parque Central.


Histoire

Il s’agit d’un couvent catholique accolé à son église abbatiale, dont la construction est due à Juan de Dios Estrada et débuta dès 1749. Son inauguration se déroule en 1767. L’ordre des Mercederios (Miséricordieux) fut importé au Guatemala par l’évêque Francisco Marroquín en 1537. En 1561 la province de Notre-Dame de la Miséricorde du Guatemala, qui, en plus du Guatemala et du Honduras, comprenait les régions de San Salvador, du Nicaragua, du Costa Rica et une partie du Mexique, a été fondée et, pendant quelques années, érigée en province indépendante.



 Le Parque de la Merced et la façade Sud de l'église

 La façade occidentale de l'église abbatiale et, à gauche, l'accès au monastère


En 1761, le nouveau commandant en chef du Guatemala, Alonso Fernández de Heredia, arrive dans la ville. Il fait don de quatre mille pesos pour la construction de l'église de la Merced qui sera dédiée en 1767, six ans avant le tremblement de terre de Santa Marta (1773), auquel elle résista grâce à l'utilisation de nouvelles techniques de construction. En 1754, en vertu d'un arrêté royal dit des réformes de Bourbon, toutes les paroisses des commandes régulières ont été transférées au clergé séculier. En 1765, la Couronne espagnole, qui cherchait à récupérer le pouvoir réel sur les colonies et augmenter les revenus fiscaux a établi un programme politique visant à diminuer le pouvoir de l’Église catholique, qui était jusque-là quasi-absolu sur les vassaux espagnols. En 1776, la capitale est déplacée vers Nueva Guatemala de la Asunción après que le tremblement de terre de Santa Marta de 1773 a ruiné la ville pour la troisième fois au cours du même siècle.



 La galerie Sud du rez-de-chaussée du cloître

 La fontaine massive au centre du cloître

 Les arcades antisismiques des galeries du cloître côté cour


Zooms sur la fontaine (2 vues ci-dessus)


L'une des mesures prises par le président de l'audience Martin de Mayorga pour passer en force le transfert de la ville et affaiblir le pouvoir ecclésiastique fut, en 1778, de déplacer la plus grande sculpture du site (Jesús Nazareno de la Merced, ainsi que l'image de la Vierge) vers la nouvelle capitale. Au dix-neuvième siècle, la paroisse de Saint-Sébastien a dû être déplacée vers l’église de la Merced. En 1874, la ville a été à nouveau frappée par un grave tremblement de terre, mais il n'a pas endommagé la Merced. Un siècle plus tard, le tremblement de terre du 4 Février 1976 (7,5 degrés sur l'échelle de Richter) a détruit une grande partie du pays et de nombreuses structures de la ville, mais n'a pas causé d'importants dégâts à cette église.



 Galerie inférieure du cloître

 Salle à l'étage inférieur

Vestiges de l'architecture extérieure

 Angle des galeries du cloître et aperçu de la fontaine

La fontaine vue des galeries


Description

De style Ultrabaroque guatémaltèque, cette église possède deux tours-clochers. Une sculpture de San Pedro Nolasco, fondateur de l'Ordre de la Miséricorde, orne la façade. Au-dessous figurent Notre-Dame de la Miséricorde et l’emblème de l’Ordre. Les sculptures en stuc et brique de San Ramón Nonato et San Pedro Armengol se trouvent sur le côté gauche de la façade. Les effigies de San Pedro Pascual et Santa Maria de Cervello, première religieuse de la Miséricorde sont à droite.



 Cage d'escalier semi-effondrée et menant à l'étage supérieur

 Cloître secondaire

 Vue sur l'Ouest de la ville et les volcans

 L'abbatiale vue de l'étage supérieur

L'immense fontaine vue de l'étage


L’accès au monastère se fait à gauche de la façade. Le cloître s’organise autour de la « Fontaine des Poissons », datant du XVIIIème siècle et restaurée en 1944. Avec 27 mètres de diamètre, il s’agit de l'une des plus grandes fontaines coloniales d’Amérique Latine. Elle est en forme de fleur de nénuphar. Dans l’imaginaire des anciens Mayas, le nénuphar est associé à la création. Le cloître comporte un étage supérieur avec galerie, accessible aux visiteur.



 Galerie à l'étage supérieur


 Deux vues de la fontaine du haut de l'étage supérieur

Porte en bois sculpté


En bref…

Le cloître impressionne par sa taille et celle de sa fontaine centrale. Il y règne une ambiance très sereine, à l’écart de l’agitation de la ville. L’église plus conventionnelle dans son architecture présente moins d’intérêt. L'ensemble constitue un des éléments phares de la ville.

 La ville d'Antigua Guatemala et ses monuments sont classés au patrimoine mondial par l'UNESCO.



Carte satellite du secteur Nord-Ouest d'Antigua Guatemala (source Google)


Accès

- A pied, bien sûr, au Nord de la ville, à l’extrémité de la 5a Avenida Norte, sur une petite place.

Tarif (pour étrangers) : 40 Quetzals (environ 5,20 €)


 Autre vue du Parque de la Merced et de l'église

L'église de la Merced et son dôme, vue de l'Est de la ville


4 commentaires:

  1. Magnifique ! le cloitre respire , en effet , la sérénité . Grand plaisir à lire l'article en admirant les photos .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre premier couvent visité au Guatemala :)

      Supprimer
  2. Les fleurs et les fontaines adoucissent l'état cloitré

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un mot si vous passez par ici !